SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Rendez-vous

Si on parlait poésie??? Si on écoutait du Jazz ???

 

 

Bonsoir les ami(e)s,

 

Une petite intrusion courte et rapide dans votre chez-vous pour vous signaler ma

 

présence le vendredi 3 février à l'inter@de brasserie d'Isneauville à côté de 

 

l'intermarché de 10 h 30 à 15 h 30 puis de 19 h 30 à 23 h 00 pendant la soirée jazz

 

(penser a réserver au 02 35 60 74 87 )

 

pour vous dédicacer mes Livres...

 

"Regard & Poésie" "Dans le jardin de mon cœur" et "Au clair de ma plume"

 

venez nombreux, on y mange super bien, les soirées concert toujours d'un très 

 

bon niveau.... Et ce n'est pas cher...

 

Je vous y attends...

 

Bien cordialement...

 

Joël

 

 

 

 


25/01/2017
26 Poster un commentaire

Encore un matin...

IMG_5831.JPG

 

"La jeune fille au balcon", expérience de Schiele sur toile à fond doré, que j'ai reproduit ici sur papier 300gr. 40x30 à l'encre de chine. et en modifiant un temps soit peu, la partie gauche du dessin, qui à l'origine semble être un buisson lointain, pourrait très bien s'appeler différemment... comme "présence maléfique".... Par exemple.

 

 

 

Encore un matin…

 

Il y a des matins si différents, se regardant et se cherchant, ne trouvant qu’un visage sans teint, reflet d’une glace sans tain, effet secondaire d’une nuit éphémère.

Ironie tu sors ! Nul besoin de tes sarcasmes, il est sérieux  ne parlant qu’à  vous émoi. Rêve d’un jour cauchemar de ses nuits, rêves toujours, cauchemars en folie… Le jour se lève il est toujours et  encore au chablis… Elle part, juste un au revoir. Il n’a d’yeux  !! Que pour sa rivière de diamant, ondulant entre des seins animés de bons sentiments. Chairs de poule, meurtries tout autant que les cœurs, dans la peur de l’oubli,  l’amour à ses leurres, l’amour a ses fourberies d’escarpins, l’amour n’a pu d’heure, n’a pas de montre, elle se montre à tout heure… Ou se cache faisant taire la rumeur…Et les vingt ans les séparant. Les musiciens se sont tus, symphonie inachevée d’une  musique de chambre, accouchée d’une souris. Déclinaison des sentiments, entre la pluie et le beau temps, qui est le soleil, qui est le matin gris,  ils sont l’arc en ciel, c’est un moindre mal et c’est joli.

 

 

 

Retrouvez l'intégralité sur mon bouquin "Regards & poésie"

 

 

 

Il est tard dans l’après-midi, il a oublié de déjeuner, juste quelques verres avec des amis au bar du même nom, elle va rentrer du travail, comme d’habitude, tout en sachant très bien, plus il s’enfonce dans son propre hiver à lui, l’éloignant d’avantage de son printemps et de toutes les facultés l’accompagnant... Un soir, elle ne rentrera plus….


Malaga le 21 janvier 2016. Écrit comme cela, un jour de matin gris à Malaga, et oui, ça arrive !!! Peut-être aussi pour accompagner « la jeune fille au balcon d’après Egon Schiele » souvenir de Vienne, une encre de chine réalisée à Quincampoix, et terminée ici à Malaga… Qui je pense, vont assez bien ensemble.

 

 


21/01/2016
15 Poster un commentaire

Spleen 2

IMG_5691.JPG

 

 

 

A tous les membres de mon blog, qui se sont prêtés au jeu de donner un nom à cette aquarelle, (d'après une photo trouvée sur le net, mais dont l'origine m'était inconnue), je suis vraiment désolé, mais pour ne pas vous fâcher, tant vos propositions étaient nombreuses et fort judicieuses, je n'en ai retenue aucune, car trop difficile... Je m'en suis donc remis a

 

Charles Baudelaire et son poème "rate" tiré des fleurs du mal...

 

"Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,

Défilent lentement dans mon âme; L'Espoir,

vaincu pleure, et l'angoisse atroce, despotique,

Sur mon crâne incliné plante fils drapeau noir.."

 

En lisant cet extrait, vous pourrez vous rendre compte , avoir  toutes et tous  trouvé le bon titre, et je vous en remercie ,

 

Bien amicalement.

 

 

 


25/12/2015
0 Poster un commentaire

Quelque part en Bretagne.

Quelques part en Bretagne....JPG

 

 

On à tous en nous, au moins un souvenir de Bretagne, et pour moi mes plus précieux souvenirs sont ici, dans cette maison aux volets bleus, dos à la lande bretonne nous emmenant au cap Fréhel et au fort La Latte.... A mes plus chers amis.


25/12/2015
4 Poster un commentaire

L'homme au chapeau à fleurs.

L'homme au chapeu à fleurs..JPG

 

 

ho, oui je sais !!!! Il peut vous paraître un peu fleur bleue ce personnage, mais bon...

 

Aquarelle 255x320


26/12/2015
2 Poster un commentaire

Spleen (1)

"Spleen" 1

 

Aquarelle sur papier Arche dimensions avec cadre: largeur 545 hauteur 745

 

Prix avec cadre 150 € (ajouter les frais de port)

 

IMG_3283.JPG


09/09/2016
6 Poster un commentaire

Nu âge...

  

 

 

Comme un nuage gris , dans un ciel de même couleur,

mais un nuage au féminin... Pour illuminer mon coeur...

 

 

 

 

 

Nu Age..JPG

 

Vous l'avez déjà vu cette aquarelle 455x290, elle illustre le texte :  "folle envie d'écrire pour oublier"

vous dire pourquoi j'en suis fou!!! aucune idée.


25/12/2015
2 Poster un commentaire

Soleil et Nature

SOLEIL.

 

IMG_5505.JPG

 

 

 

NATURE.

 IMG_5508.JPG


30/11/2015
5 Poster un commentaire

Effet

IMG_5655.JPG

 

Effet, écrit au singulier, car cela ne s'écrit pas en particulier, et pourtant ça l'est.... 

Tous ces effets d'eau, ces effets mer, donnent des reflets assez bizarres parfois...


25/12/2015
6 Poster un commentaire

A Pierre

A Pierre,

 

 Bonjour Pierre,

Cela n’est pas toujours aisé de dire au revoir à un ami, quand on ne sait, quand on le reverra, tout ce que l’on peut lui souhaiter bien entendu, c’est d’être heureux là où il va… La vie est comme on dit, un cadeau du ciel…

Pour cette séparation, je n’ai pas trouvé mots assez puissants, pour exprimer ce moment, mais pourquoi faire après tout ? Restons nous-même, j’ai trouvé ce dont j’avais besoin, dans les écrits de nos amis de la librairie des inconnus,(ton « bébé »), qui comme moi ont manifesté leur désarroi quand ils ont appris ton départ…
-« Qu’il fait bon chez vous maître Pierre, qu’il fait bon dans votre moulin…" Ce Pierre, ‘’ maître en espoirs ‘‘avait su faire naître en nous cette promesse de passer de l’anonymat au-devant de la scène, en publiant quelques écrits venus du plus profond de nos âmes incrédules. » Dira l’un…
« Oh que c’est triste ! Je viens de comprendre. .. Toutes mes pensées vont vers vous Francine... J’ai eu la chance de rencontrer Pierre au salon du livre de Paris l’an dernier... Un homme profondément gentil et dévoué. ... Je suis très triste... » Disait une autre,
-Ou encore, « On est ensemble ! »

-Puis « Je serai présente ! Bon courage. »

-Et aussi, « Je suis contente qu'en des moments aussi difficiles, tu aies trouvé des mains tendues. »

-Avec également, « Aujourd'hui, j'ai perdu un ami... Non pas d'attentat, mais de cette saloperie qui nous bouffe : le cancer ... Mon ami, je n'ai pu te revoir avant que tu ne prennes le beau chemin du paradis, alors, je t'envoie mon amitié de tout mon cœur et je vais penser à ta femme, ma belle Francine, »

-Sans oublier celui-là, du costaud : «  Je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer Pierre. Quelques échanges de mails et tout le travail effectué par la petite équipe de la Lib ont suffi à me convaincre. Au risque de me répéter, ce travail militant et de conviction me laisse et m'a toujours laissé admiratif. Et nous savons tous, que les militants sont de moins en moins nombreux hélas. C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai appris le décès de Pierre. Je présente à Francine et tous les proches concernés, mes plus sincères regrets. En espérant que ces quelques mots puissent apporter un quelconque réconfort. Les mots, aujourd'hui. Demain, quand le temps sera autre, l'action si cela est nécessaire. Vous pourrez compter sur mon implication si cela s'avère utile. Courage et amitiés. »

-Et pourquoi pas celui-ci aussi : « Me voilà bien désarmée pour vous dire à quel point je suis attristée par la disparition de Pierre. Je n'ai pas eu le bonheur de le rencontrer mais nous avons échangé par téléphone et par écrit. je n'oublierai pas. Je vous embrasse avec toute ma compassion »

- « un autre très touchant : « Je ne trouve pas les mots pour vous exprimer tous ce que je ressens aujourd'hui à l'annonce de cette triste nouvelle. La voix enjouée de Pierre, résonne en moi en cet instant où mon cœur se serre quand je repense à tous mes échanges téléphoniques avec vous deux, à notre rencontre si sympathique et amicale autour d'un verre à Paris au moment du salon du livre. À tous mes échanges et débats littéraires avec Pierre. C'est un grand homme que tous les auteurs garderont dans leurs cœurs.
Je prie pour lui, je prie pour vous. Nous restons à vos côtés.
Je vous embrasse.

Pierre, je ne pourrai te citer ici, les  nombreux témoignages de sympathies reçus, et les deux cent noms d’auteurs venus te dire ô combien on te regrette déjà… Le monde  de ces « auteurs inconnus », que tu as su rassembler en une « librairie »  virtuelle, était là…

 

Malgré tout, je n’ai pu résister de t’écrire quelques lignes…En toute amitié.

 

 

 

 

Rencontre

 

On ne choisit pas sa naissance,
Comme on ne choisit pas sa mort,
Quand on laisse faire la vie…
Ton départ est un non-sens,
Tu te devais, de vivre encore,
Tu n’étais qu’à l’automne de ta vie.

La mort, puisqu'elle s’appelle comme ça…
Frappe bien souvent avec trop d’injustice,
L’actualité nous le démontre tous les jours.
Elle a jeté son dévolu sans trop d’émoi,
Sur ton sourire, pétillant de malice,
Brisant là ! Deux vies unies en un seul amour…

Comme une jolie femme capricieuse,
L’existence, parfois, s’est jouée de toi,
Mais jamais de ta liberté de penser,
À l’humeur et la passion gouailleuses,
Allant  toujours, en direction du bon aloi,
En toute transparence, en toute clarté

 

Tous n’ont pas eu la chance de te rencontrer,
Nous nous sommes connus bien trop tard,
Pour surtout !! Se quitter bien trop tôt,
Et pourtant !! Ces bons moments ensemble passés
J’en conserve le privilège d’être l’un des rares,
D’avoir pu apprécier, ta compréhension sans veto..

Tu as côtoyé dieu, le diable, et leurs prisons,
Avec pour échappatoire, ton anarchie si belle,
Faite de mots et de grandeurs d’esprit en liberté,
Tu pars avec les roses, fanées de ta maison,
Nous laissant seuls, sans ce «  leader rebelle »,
Dans une librairie, où Francine les yeux mouillés...

 

Attends de tous les inconnus que nous sommes,
De vivre, d’écrire, de peindre, d’être nous au naturel,
De faire grandir cet enfant issu de ton amour,
Et de la grande richesse de ton cœur d’homme,
Harmonisant au mieux son temporel à son spirituel
Pour sans aller, en toute liberté, faire un tour…

Impossible de t’oublier, on se reverra, là où tu sais…

 

                                                                    Joël Delaunay le 3 décembre 2015.

 

 

 

  Pour terminer, je t’emprunte ces mots…


« La vraie poésie ne dit rien. Elle ne fait que proposer des opportunités et ouvrir toutes les portes. Vous pouvez ouvrir celle qui vous convient, et la franchir. Ce qui me plaît tant dans la poésie, c’est son immortalité… Tant qu’il y aura des hommes sur terre, ils pourront mémoriser des mots et une combinaison de mots. Rien d’autre que la poésie et la chanson ne pourrait perdurer après un holocauste, personne ne peut d’écrire, un film, une sculpture, une peinture, mais tant que l’homme existera, la poésie et la chanson pourront durer… Si ma poésie à un but, c’est celui de délivrer à mes semblables les limites par lesquelles nous voyons et ressentons la vie… »


                                                                     Pierre Philbert.

 

 

Puis tu t’en es allé poussière, emporté par les vagues de la mer, en ce lieu qui te rappelait bien des souvenirs d’enfance, quand tu y venais en vacances avec ta grand-mère : Le Tréport…

 

 

 

 

 

 


05/12/2015
9 Poster un commentaire

Sans prétention ni importance.

Il y a quelques années Pierre Philbert, (aujourd’hui disparu) créateur de la librairie des inconnus, avec sa compagne Francine Musquin Dugue, me conseille de créer un site pour y regrouper ce que je balançais sur le net (poésies, essais, peintures, croquis, etc.) en lui donnant un nom… Je décide de l’appeler « pour le plaisir », ce nom de blog étant déjà pris, il m’en faut trouver un autre, presque instantanément, je propose : « Sans prétention ni importance », voilà, peut-être  pourquoi  expliqué  par le biais de cet acrostiche…

 

Sans prétention ni importance

 

Se prendre parfois au sérieux

Avec prudence, comme amie

Naturellement anxieux,

Son principal ennemi…

 

Partir au loin… Là-bas, dans sa tête

Revenir avec quelques souvenirs,

Emplettes des galeries Lafayette.

Toujours prêt à repartir,

En direction de l’amour levant

Nulle aventure sans toi,

Toi, l’essentiel sentiment

Ile au trésor, d’âme en émoi.

Ombre de la nuit, cœur de lune,

Nymphe de l’éternité lumière...

 

Neptune de source en rivière et lagune,

Immortelles sensations salutaires.

 

Innocent aux mains pleines,

Mercenaire des plaisirs de la vie,

Provocateur sans aucune haine,

Otage de ses désirs et envies

Récolte de semence de ses doutes.

Traversée de désert sans boussole,

Allégories au goutte-à-goutte,

Nature morte et mélodie en sous-sol…

Cela semble pouvoir me ressembler,

Et en y regardant d’un peu plus près…

 

 


13/10/2017
8 Poster un commentaire

Dame bleue... Ou rêve bleu

Dame bleue.JPG


29/12/2015
2 Poster un commentaire

"D'après Egon Schiele"

D'après Egon Schiele.JPG

 

 

 Egon Schiele est un peintre, un poète et un dessinateur autrichien né le 12 juin 1890 à Tulln an der Donau près de Vienne et mort le 31 octobre 1918 à Vienne. Lorsque l'on veut s'en inspirer, on serait tenté d'adoucir les formes et contours de ses nus ou autres portraits, puis inlassablement s'en presque s'en apercevoir, on respecte son style, aux formes parfois peu académiques, et torturées, comme pouvait l'être certainement cet artiste... Si je pouvais me permettre, je dirais : "la vue de ses œuvres, reflète l'âme de l'artiste".
Impossible de passer par Vienne sans parler de lui comme de G. Klimt...(1862-1918), pour qui il vouait une grande admiration.


29/12/2015
4 Poster un commentaire

Quand la mer monte

Quand la mer monte....JPG

 

Ou course au large... Aquarelle 455x305


25/12/2015
2 Poster un commentaire

Bientôt Noël.

 

 

 

 

 

 

Bientot Noél..JPG

 

 

 

Vous connaissez certainement cette aquarelle, si vous avez lu le texte qui l'accompagne, dans la rubrique article, cocher sur poème puis "l'an 2015 Noél J-5"

 

 

Aquarelle 355x505


25/12/2015
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser