SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

"chronique ébouriffée" Cinquième partie.


"chronique ébouriffée" Cinquième partie.

« Chronique ébouriffée »  Cinquième partie.

 

Des mots simples écrits sans dictionnaire,

Pour dire des choses simples qui font males,

Si j’écorche grammaire et vocabulaire,

La vérité n’en est pas moins là ! Anormale.

 

La mère est vraiment très blanche,

Tachée d’ombres, d’un sombre  noire

Des grands cormorans et des fous de bassan,

Volant avec goélands, et guillemots miroir…

 

Blanche de l’arctique à l’antarctique,

Comme pour une nouvelle ère glaciaire.

Sourires d’une nostalgie pathétique,

Les ours ont enfilés leurs polaires.

 

Les manchots ont acheté  des moufles,

Les mouflons surveillent de leurs pitons,

Les phoques qui se promènent en pantoufles,

Ecoutant les pingouins jouer du violon…

 

Le rat d’eau et la méduse de toute leur force

Jouent de la trompette, car comme on le sait

Sur la banquise, la musique adoucit les morses,

Certainement ce que Jéricho tout bas, pensait.

 

Pendant ce temps que fais-t-on de nos S.D.F. ?

Regardez devant chez vous, vous en verrez !

Tous les ans en hiver, on nous sert la messe,

Toujours la même, comme pour nous écœurez.

 

Certains ne passeront pas l’hiver, c’est prévu.

Malgré des O. N. G. Pour suppléer l’état,

Et la bonne volonté de certains élus,

Est-ce là ! La place du mécénat et du bénévolat ?

                                                                          …/… à suivre.

DSC_0015_3_LI.jpg

 

"A VOTRE BON COEUR" Sur un banc public de Malaga où d'ailleurs.


27/12/2017
12 Poster un commentaire

Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser