SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

PLUMES CROISÉES.


Battements d'ailes.

PLUMES CROISEES.

 Battements d'ailes.

Plumes croisées Anneh Cerola & +c. JoDe
Suite de "Disparu à l'aurore"

Parce que le papillon s'est posé sur ma main
Que la poudre est restée sur mes doigts
Ce matin à lui, je pense encore
Bien qu'il ait disparu à l'aurore
Je le cherche dans les rayons d'or.

Une agréable sensation s'empare de toi,
En espérant ce soir déjà.
Mais la vie est si courte pour lui,
Qu'il partage sans compter ses envies,
Alors il papillonne comme on dit...

Il savoure chaque seconde
Sachant qu'il n'a qu'une vie.
Secoué de trop d'envies
Il bat ses ailes désespérément.

Chaque battement est un message,
Pour ton cœur encore trop sage,
Donne-lui la chance de s'ouvrir pleinement,
Aux amours d'un amant aimant...

Laissons le papillon ouvrir ses ailes.
Déposer ses sentiments sur la pensée de la belle
Déployer et montrer ses beaux atours
Qui sait ce qu'il adviendra de sa cour

Puis le papillon s'exécuta avec élégance.
La belle succomba sans résistance.
Le soleil se leva pareil à chaque jour
Dans l'indifférence des chagrins d'amour.

03/12/2018

 


04/02/2019
6 Poster un commentaire

Les mots indécis.

Plumes croisées Anneh Cerola & +c. JoDe
Les mots indécis
Suite de, "Il te suffisait"


Il te suffisait de refuser
Pour ne laisser place à aucune lumière
J'aurais freiné l'envie
De la découverte ou de l'ennui
Pour éviter maintenant
Ce silence lourd et pesant.


Un choix bien délicat,
Comment résister à la tentation,
Aujourd'hui, je demeure indécis,
T'écrire ou me taire à tout jamais
J'en souffre tout autant.


Mots déposés
Malgré l'indécision
Ton esprit en confusion
Mènent la danse en conversation
Pour le plaisir de se retrouver.


Quel est le sens de mes mots,
Dans ton cœur qui me sourit ?
Si j'ajoute le point sur le i,
Du verbe aimer à l'infini,
Pourrais-tu m'écrire encore ?


Sentiments poétiques
Qui se déclinent en différents mots.
Des nuages bucoliques
Pour des amours inconsistants
Comme les fleurs qui s'épanouissent
Et disparaissent en coup de vent.


L'amour n'est point une fleur,
Qui se butine puis se fane,
Il ne connaît pas l'éphémère,
Et se cultive avec une grande douceur,
Dans le cœur des femmes,
À l'abri des vents de terre et de mer...


Vers ces rivages
Où le double ferait naufrage
Les voiliers brillent sous le soleil ardent
Glissant sur la surface de l'océan
Les bannières et les voiles s'enflamment.
Les traces inabordables sur le sable s'impriment.


Pas d'écueils, ni de récifs
Auront raison de nous,
Surfons sur les vagues et remous.
Les mots dits, le sont à vie,
Sans jamais pouvoir être détruit,
Le sens des mots est expressif...


Que les paroles prennent la liberté
Qu'elles s'envolent, nagent ou plongent
Dans les airs ou les mers profondes
Elles seront toujours ce lien intangible
Entre deux âmes, deux cœurs romantiques
Oui... Les mots respirent et vivent dans le monde. 

 

 

 


28/01/2019
13 Poster un commentaire