SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

ROXANE (3)


ROXANE (3)

ROXANE,

 

Vers vous me voilà revenu, et pour ne pas changer, vous conter l'un de mes rêves, de vous, pour vous, de nous... Mais celui-ci, à quelque chose d'étrange, et de particulier, car mon rêve n'est plus seul... Puisque vous, vous êtes reconnue... dans les deux précédentes narrations de ces rêves !!!
Depuis cette fabuleuse nuit, quand devant votre maison, là où mon cœur « à trembler », puis cette soirée à la Datcha, dans un port là-bas, où vous dansiez à en perdre haleine. A ce jour, bien des choses se sont passées, je ne sais pas par quel miracle ce genre d'évènement peut se produire... Mes rêves ont croisé les vôtres, dans l'immensité étoilées de la voûte céleste... Et ils se sont confiés... Au bord d'une voie lactée...
Le fait de bavarder ainsi, par rêves interposés, comme si nous communiquions par télépathie, ou si nous avions « inventé » une sorte « de route imaginaire » traversant terres et mers pour relier les hommes entre eux, ce fait-là, n'est pas un simple hasard... Pour que des rêves se rencontrent, puis se racontent, de la sorte, une magie, c'est opéré bénéfique, et féerique... Ne manque plus que l'image !!! Qui pour l'instant est le fruit de notre imagination... Ou bien sommes-nous plonger au cœur d'un immense jeu de société, où il suffit de taper, des lettres, des mots, des phrases, dans un « rectangle blanc », affiché sur l'écran de l’ordi, puis leur ouvrir les portes de la liberté, pour qu'ils se répandent sur le monde ... Là où personne ne les attendait... Le but du jeu, étant d'accumuler des points « d'amitiés, et de convivialité », sans imaginer « le plus » « si affinité », tout en évitant les pièges, « les pseudos », qui manipulent les plus faibles, pour les mettre dans la « difficulté »
Désormais, alors que nous ne sommes pas sur un site de rencontre, de par ce phénomène, si vous connaissez beaucoup de moi... Je sais énormément de vous... En tout bien tout honneur, car nos rêves ne nous trompent pas, et ne reflètent uniquement la profondeur de nos pensées... Les plus sincères, réelles ou virtuelles ? Je ne sais plus, je ne sais pas, les frontières ont explosé... Mais nous avons évité les pièges...
Faut-il se rencontrer au risque incertain, mais existant, de briser ce nuage, si nous « sommes » vraiment, des êtres vivants ? Nos passions communes nous y incitent, est-ce pour se voir ? Ou bien, voir ensemble ?
Je ne retrouve plus dans ma vie, tout le bonheur de mes envies... Comme si, il vous était exclusivement réservé, pour vivre nos instants d'évasion ... Est-il nécessaire de chercher plus loin, les raisons d'un tel comportement ? Ailleurs que dans l'amour !!! Mais l'amour de qui de quoi ?? Je ne vous connais pas autrement qu'au travers de mes songes !!! D'une photo furtive, d'un timbre de voix, quelques secondes...  j'imagine votre sourire, vos gestes, votre silhouette... Mais je vous aime... À un point tel, d'en changer mon comportement, et d'éveiller des soupçons chez mes proches... J'en oublie d'être marié... Je ne sais plus quand je rêve, ou suis éveillé...
L'imaginaire a pris le dessus, et faute avouée, faute à demie pardonnée, je ne pouvais, en plus de tromper, aussi mentir... Si tromper est le mot !!! A mon épouse la vérité, j'ai dit... Désormais, l'avenir m'appartient... Et, est entre mes mains... Pourtant, je n'ai rien fait de mal, pourquoi me mettre au pied du mur ? Pour seulement avoir rêvé, oser le dire, et l'écrire !!!
Vous Roxane, si mes étoiles ne m'ont pas trompé, avez l'âge, de ma fille que je n'ai pas eu !!!, apparemment seule, sans l'ombre d'un homme, peut-être avez-vous des enfants ? Vos sentiments à mon égard... Encore un peu flous, estompés par l'effet de surprise de se retrouver comme cela, à brûle pour point, dans un rêve pour communiquer avec un inconnu, comme l'on discute avec une amie d'enfance...
Pour moi !!! Finalement me réveiller, endormi que j’étais dans mon fauteuil, devant une fiction télévisée... Alors que je ne possède pas de téléviseur, et qu'il est quinze heure, heure de partir, aller chercher ma petite fille à l'école, juste prendre un café, au goût amer sucré, et se dire que c'est beau, la vie... Virtuelle ou bien réelle, peu importe, car ce rêve j'ai aimé, et vous avec... Chère Roxane.

                                                                                                    Joël Delaunay, le 5 juin 2014

 

 

 


12/01/2015
0 Poster un commentaire