SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

N


Noël jaune.

Noël en jaune. 

Et si je supprimais Noël, 
De mon calendrier de mes hantises ?
Fête de toutes les gourmandises...

Que devient la religion ?
Nous festoyons dans les chaumières.
Tous ou presque on oublie la prière... 

Puis comble de l'égalité !!!
Pour bien trop d'enfants oubliés, 
Noël n'est qu'un catalogue de jouets... 

En 2018, Noël s'habille de jaune.
Quand certains s'inquiètent,
Comment faire ses emplettes ?

Les jaunes ne se posent pas de question.
Ils n'auront rien dans l'assiette.
Ou rien, qui ressemble à un repas de fête...

Chaque année le seuil de pauvreté, 
Se rapproche de nous.
Oui vous, et vous aussi ! Oui nous !!

Le fossé se creuse davantage.
Quand nous restons bien trop sages, 
Passifs et naïfs, devant ce naufrage,

Mais les jaunes ont réagi seuls.
Pour mettre en avant notre ras-le-bol !!!
Sans politiques ni syndicats

Qui sont des associations de malfaiteurs. 
Nous exploitant depuis des décennies.
Se remplissant les poches. À nous l'agonie!

Ne laissons pas tomber les jaunes!!!
Ils défendent notre niveau de vie.
Notre liberté chérie, et la patrie... 

Le gilet jaune est à l'avenir.
Ce que le bonnet phrygien 
Représente de souvenirs... 


15/01/2019
3 Poster un commentaire

Noces d'émeraude.

Noces d’émeraude…

 

Les ans sont les marqueurs du temps,
Et n’ont d’important, à nos yeux,
Que l’intérêt qu’on leur prétend…

Ce moment précis aura une couleur,
Émeraude ! Vert-jaune ou bleu-vert,
Pour jalonner ce chemin du bonheur.

Du Brésil, d’Inde ou du Pakistan,

Pour ce parcours, d’union et d’amour
Ce Béryl couronne vos quarante ans.

 

Avec aussi cet immense plaisir partagé,

De réunir famille, amis, et absents,

En cette soirée, avec une seule pensée.

 

Que votre bonheur, soit toujours présent,

Dans votre façon d’être et votre sourire,

Profitez encore de ces merveilleux instants.

 

 

(Petit poème écrit à l'attention d'un couple d'amis, qui fêtait 

ses quarante ans de mariage auxquels nous étions conviés)


30/10/2017
20 Poster un commentaire

Nuit et matin.

Nuit et matin.

 

Quand la nuit,
Je m’endors,
Je m’enrêve, 
Pour éviter l’ennui…
Je poétise mots
En bouquets 
De pensées,
À demi-mot…
La femme encore,
Et toujours,
Soif d’amour,
Agite mon corps.
Mon âme,
Y habite,
Palpite,
Et s’enflamme.
La nuit,
Porte conseil,
Qui au réveil,
S’enfuit…
Repartir de zéro,
Chaque matin
Mutin,
Sombre héros.
Maux de tête,
Nuit agitée,
Vite un cachet,
Pirouette.
Bonjour tristesse,
Thé ou café,
Sucré salé,
Délicatesse…
Habillage !
Prise de tête,
Des chaussettes,
Aux gants…
Une journée nouvelle,
De labeur,
Petit beurre,
Demi-sel…
Fleur de peau,
Pot de fleurs,
Bestseller,
Manque de pot…
Enfin dehors,
Caresse du vent,
Soleil levant,
Sensation du corps…
Mon âme respire,
Le coq chante,
Le doute me hante,
Le train s’étire…
Le chien aboie,
Poussière du chemin 
Fumée du train,
Le loup dans les bois…
Marche ou rêve,
Je vais au hasard,
Jamais je ne m’égare,
C’est la relève…
Je pointe,
Les bruits courent,
J’en suis sourd,
Je m’esquinte…
Bientôt la pause,
Pain fromage pinard,
La une des canards,
Mon crâne explose…
Je m’enfièvre,
De maux orphelins
Psycho-malins,
Tremblent mes lèvres.

 

IMG_1302.JPG

 

 

 

 

 


10/10/2017
12 Poster un commentaire

Vivre de toi...

Vivre de toi.

 

Quand les eaux troubles de ma rivière de vie,
Se jette à corps perdu en des mers agitées,
Alors je surfe sur les vagues de mes délires,
Emporté par des tourbillons d’un vent de folie,
Pensant pouvoir une vie entière naviguer,
Sans trouver le moindre havre de paix à élire.

Pour ne vivre que de toi, que de toi, que de toi…


21/09/2017
6 Poster un commentaire

N

Née pour aimer...

Nuit parisienne.

Ne plus être...

Nuits d'amour... Comme hier.

 


29/08/2017
1 Poster un commentaire