SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Ma chère amie


Ma chère amie

Ma chère Amie,

 

Matin d'amour, vous souvenez-vous ma chère ?

C'est un matin gris comme tant d'autres ici en Normandie, excepté que je ne suis pas seul dans ce grand lit... Hier soir sans vous faire prier, vous avez accepté dormir chez moi, pour éviter de rouler de nuit...

L'odeur du café réveille en vous une envie de câlin.

Cet imprévu, dans votre emploi du temps vous obligea à dormir nue, auprès d'un homme vous étant pratiquement inconnu physiquement, nos simples contacts  provenaient de relations fréquentes et chaudes sur le net... Vous n'avez en aucun moment fait paraître une crainte quelconque, comme préparée que vous l'étiez,de ce qu'il vous adviendrait, cette nuit... Enfin vous abandonner à l'amour, si vos sentiments ne sont pas très clairs dans votre tête, votre corps longtemps délaissé, vous demande de combler ce manque, et se veut pour une nuit l'esclave de votre sexualité endormie, et réveiller en vous la femme que vous avez été, avec ses désirs, ses fantasmes, et ses orgasmes...

Après une nuit chaude d'amour ardent, vous vous éveillez, allongée sur le ventre, un genou remonté à la hauteur de la poitrine, le désordre du lit, laisse apparaître une épaule, un sein, une cuisse et un genou... En plus de la charnelle rondeur de votre fessier sous le drap. Vos yeux mi-clos sourient au matin bonheur, cela me donne à nouveau des idées, un échange de caresses et de baisers ravivent nos ardeurs, votre corps s'ouvre à moi... Je suis complaisamment disponible, pour permettre l'éclosion de ce minuscule bouton de rose érectile, qui épilation oblige, tapi dans un léger duvet pubien, ne demande qu’à éclore, ce que je fais du bout de ma langue, en une masturbation élaborée.

Vos murmures d'une sensualité sans pareils, ne font qu'accentuer mon érection, contrôlée d'une   main douce et ferme, qu'est la vôtre, sur mon pénis, pour maintenir cet état de grâce...

Le tête-bêche devient indispensable... Votre impatient désir d'une « mise en bouche » attise le feu qui brûle en moi ; vos cuisses s'ouvrent sur mes lèvres, m'offrant la profondeur rosée de votre vagin, d'où perle une « éjaculation », de « ce suc » incolore, recueilli à coups de langue au dosage rythmé... Avec de temps à autre, une petite incursion sur les bords et en légère pénétration, de votre rectum, semblant chez vous, être une zone érogène des plus sensible, à en croire vos réactions, et vos frémissements...

Pendant ce temps, votre langue excite généreusement mon gland, avec de gourmande pénétration en votre cavité buccale, vous maintenez une activité soutenue, sans cesse : langue a la vivacité reptilienne, bouche goulûment vaginale... Cette alternance majestueusement orchestrée, ne pouvait aboutir qu'au résultat que vous sembliez souhaiter, puisque sans vous retirer, vous « avalez » les jets saccadés de sperme, nectar de mon éjaculation, œuvre de votre délicieux savoir-faire… Pour venir en conclusion, poser vos lèvres sur les miennes et partager le fruit de votre récolte en un long baiser, à la saveur de l’amour…

Vous reprendrez bien un café ?

 

Quincampoix, le 5 mai 2015

 


05/05/2015
4 Poster un commentaire