SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Laissons...


Laissons...

 Laissons….

Laissons les chats se faire fouetter, laissons les araignées au plafond, les fourmis dans les jambes, la faim aux loups, la chair aux poules, le froid aux canards… Laissons la fièvre au cheval, l’huitre bâiller, la mémoire aux éléphants… Laissons les larmes aux crocodiles, le rouge aux écrevisses, les yeux aux gazelles… Laissons la tête aux mules, aux cochons, et l’ours tourner en cage… Laissons la rubrique aux chiens écrasés, la politique à l’Autruche, le plancher aux vaches, et dormir la marmotte… Et puis !!! Pendant que nous y sommes, Laissons la plage aux romantiques, ce soir, j’ai envie de t’aimer…. Ne me quitte pas, quand on a que l’amour comme chanson des vieux amants, pour une vie en rose, puis avec le temps, je t’aime moi non plus. Que serai-je sans toi ? Ma préférence comme d’habitude : les mots bleus pour t’aimer à en perdre la raison, je t’aime à en mourir, je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai, tu verras !! Là-bas…. Ma plus belle histoire d’amour, mon dieu !!! Et si tu n’existais pas…

Je t’inventerai toi !!! Et l’amour allant avec…


21/04/2016
25 Poster un commentaire