SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Avoir droit au bonheur...

 Avoir le droit au bonheur….

Quand coule un sang d’encre noire,
Sur le front des monuments aux morts,
Quand je cherche d’un œil hagard,
Mon nom que je ne voudrai point voir…

Non, je ne suis pas mort pour la patrie,
Sans vraiment avoir été vivant pour elle,
Jamais elle ne m’a lancé un tel défi ;
Cela de moins dans le gris de mon ciel…

Est-ce ma faute d’être né, hors de nos guerres ?
De vivre malgré tout heureux, en ce monde,
Quand ailleurs des vies sont mises en terre…
Au son des canons qui sans cesse, grondent.

D’autres !! Fuyant la mort, pour une terre d’asile,
Qu’ils ne trouveront pas !!! Et ne sont plus rien…
Ni là-bas chez eux, encore moins ici… En exil…
Vivant dans des « chenils »… Comme des chiens…

On ne peut ne pas voir, encore moins se taire…
Impuissant que nous sommes, pour les secourir,
Ces êtres de chair et de sang… Mais que faire !!
Excepté, malgré nous, de les regarder mourir…

Même si ce ne sera ni le mien, ni le tien…
L’histoire ne cesse de s’écrire, avec le sang…
Comme si cela devait-être le seul et unique lien,
Pour unir les hommes au travers du temps…

Quincampoix le 6 août 2015, un jour que j’étais jaloux de mon propre bonheur au regard de l’actualité, si brûlante…

 

 



06/08/2015
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres