SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

C'est ainsi, que je vous aime...

C’est ainsi…. Que je vous aime !

 

Se jouer du bien, se faire du mal,

Pour un amour que l’on voudrait normal…

Quand des peurs imaginaires…

L’emportent sur des joies éphémères.

Parties de cache-cache avec les mots,

Pour mieux dissimuler, l’ensemble de nos maux…

Déchirures du soir, peur de la nuit !!!

Grand amour du matin, place à nos envies…

Occultons toutes pressions extérieures…

Aimons-nous, en notre for intérieur !!!

Pourquoi, cette insoutenable confession ?

D’aveux, de sentiments, tout en confusion…

Comment vous chanter Brel, avant sommeil,

« Ne me quitte pas », comme une lueur éternelle…

Pour le matin, désorienté, vous fredonner Férré ?

« Avec le temps », celui, servant à oublier…

Je me dois de cultiver, mes peines et souffrances,

Pour voir refleurir,  de ma coupable insouciance,

Poésie et peinture, les fruits de l’amour défendu…

Récoltés dans un éden, qui s’étend à perte de vue…

 

 

                                Joël DELAUNAY LE 12 06 2014

 



08/04/2015
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres