SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Bayle cabaret y cante (3)

 

 

 

 

 

 

 IMG_7577.JPG

 

 Carmen, " Bailaora"

 

 

 

 Bayle cabaret y cante (3)

Ce soir si ce bon destin croit bon me faire revivre,
L’amour ayant imprimé toute ma tendre jeunesse.
Nos yeux s’étant tout dits, d’espoir et de sourires,
J’en appelle à l’amour brisant muraille et forteresse
Pour donner enfin, et paroles et vie à nos regards croisés,
Depuis si longtemps, n’ayant eu à parler d’amour,
Quels sont les mots pouvant libérer mon cœur brisé ?
Tout en donnant classe et allure, pour mener ma cour
À une femme, d’ici où d’ailleurs comme d’antan ?
Toujours en mémoire, de cette heure première,
Autant que je m’en souvienne quand jeune d’ans,
Je me perdis dans la splendeur d’une lumière,
Émanant d’une Espagnole en sombre beauté,
Je rajeunissais de plus de quarante ans en arrière,
Sans que l’absence ni l’oubli ne l’eut effacé…
Et qui fut et demeure en moi l’amour le plus cher…
Je lui inventerai des mots, glorifiant ce rendez-vous,
Loin du son des guitares, en murmures d’amoureux,
En des coulisses suspicieuses aux regards jaloux,
« Carmen », votre acceptation me rend si heureux…….

A suivre…/…. Car je crois que cela devient bon….

 

 

 



26/02/2016
14 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres