SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Je me souviens du jour de mon enterrement.

Je me souviens du jour de mon enterrement

 

 

Je ne m'appelle pas, ou alors rarement...

En principe, je sais où me trouver !

 

Rue de l'église,

Qui mène au cimetière,

Peu souvent le contraire,

En route vers la terre promise !

 

Il fait noir, je suis à l'étroit,

Un bruit sec, de cailloux et de terre,

Dans ce trou à ciel ouvert,

Qui viennent frapper contre le bois.

Puis ce bruit, devient de plus en plus sourd

Et il fait de plus en plus noir...

J’ai perdu toute lueur d'espoir,

Je n'entends plus ces bruits de cour,

Ces cours d'écoles où jouent les enfants,

Aux gendarmes et aux voleurs,

Demain flics ou bien dealers...

Dans cet univers de mécréants !

 

Je suis tombé des nues, un soir d'hiver,

je suis tombé bien bas, plus bas que terre !

 

Ils sont venus chanter, puis me regretter,

Juste le temps d'une bénédiction,

Pour ensuite quelques délations,

Là, au coin d’ la rue, dans ce p’tit café...

 

J’étouffe là-dedans, et me sens bien seul,

Mon âme s'en est allé, à peine mes yeux fermés,

Délaissant le linceul, pour sa propre liberté.

Parmi mes voisins, peut-être un aïeul, ou bisaïeul ?

Mais ils ne sont pas très bavards,

Je les trouve renfermés, dans leur mutisme,

J’en perds toute notion d'altruisme,

Je me résigne, attendant vers, asticots, et cafards,

Pour leur besogne de décomposition...

J’ai vraiment l'air d'un con dans cette caisse,

Raide et figé, sans retour possible, sans G.P.S.

Pourquoi ne pas avoir opté pour la crémation ?

 

Je m'imagine prochainement, déambulé,

Dans ce cimetière, déguisé en feu follet...

 

Pour certain je vous dis à bientôt,

Il y aura de temps à autre, des retrouvailles,

Quelques occasions de faire ripaille,

À pâques, la toussaint ou les rameaux...

 

Joel DELAUNAY le 27/09/2014

 



27/09/2014
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres