SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Je suis allé...(ou poème baroque)

Je suis allé… (Ou, poème baroque)

 

 

Je suis allé, je suis venu….

Quelles sont jolies ces avenues,

Je suis venu, je suis allé,

Tout au long de leurs allées,

Je suis allé je suis venu,

Parcourir toutes ces rues,

Sous un ciel de juillet, très bleu,

Même quand les nuages pleurent

Fleurissent les jupettes, et les décolletés…

Pour nous dire, nous sommes en été…

 

Je suis allé, je suis venu,

Quelle sont jolies ces avenues…

Bordées d’arbres poussant à l’envers…

Nouant leurs racines dans les cieux…

Où tomberont leurs feuilles en hiver ?

Dans cet immense  labyrinthe  camaïeu…

 

Je suis venu, je suis allé,

Tout au long de leurs allées

Guidé par le chant des oiseaux,

Volant en cœur, vers le soleil,

Toujours de plus en plus haut,

Sans aucun battement d’ailes…

 

Je suis allé, je suis venu,

Parcourir toutes ces rues…

Puis c’est au coin de l’une d’elle,

Que nos regards se sont apparus,

Votre sourire de jouvencelle,

Je ne l’ai… que trop reconnu…

 

Je suis allé, je suis venu…

Quelles sont jolies ces avenues,

Mais passé ce temps, d’aller et venir,

Il a bien fallu, qu’un jour, on se croise,

Dans cette ville, du grand sourire…

Au beau milieu d’un palais de turquoise…

 

Je suis venu, je suis allé,

Tout au long de leurs allées…

Pour la toute première fois, vous rencontrer,

Nous avons bavardé comme de vieux amis…

Nous ne voulions plus avoir, à se séparer…

Mais ailleurs, nous appelaient d’autres vies…

 

 

                                          Joel DELAUNAY le  08 juillet 2014



08/04/2015
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres