SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

L'amour universel

L'amour universel.

 

Impressionnant crépuscule d’hiver,

Qui tous les jours se joue, et stimule

Les faiblesses d’un soleil bien timide,

A l’heure où l’amour cache sa lumière,

Jalousie des ténèbres sans scrupule,

Offrant angoisses et peurs livides,

A ce manteau nocturne tombant,

Déposant au passage, des halos de brume,

Sur des candélabres, raides comme la mort,

S’arrachant d’un sol glacé et brillant,

Pour s’envoler la haut, embrasser la lune.

Féerique ou bien mystique, ce merveilleux décor

Relie entre elles, par de longs filaments d’argent,

Des maisons fumantes, engourdies dans la nuit,

Laissant échapper ici et là, de pales lueurs blafardes.

Un chien déchire les ténèbres, de ses aboiements,

Le clocher, donne les heures… un semblant de vie…

Sur son horloge allumée, les aiguilles s’attardent,

Comme si le temps, fatigué, usé… voulait s’arrêter là

Sur cette image givrée, d’une nuit d’hiver…

Ne voulant plus, entendre le coq chanter,

Ce temps !! C’est mon complice, mon ami à moi,

Il a compris combien était vaine ma prière,

De voir un jour, un nouveau soleil nous éclairer,

 

D’une seule et unique lumière, celle de l’amour universel…

 

Joël Delaunay le 13-01-2015

 



18/01/2015
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres