SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Premier souvenir de Bretagne...

Une chambre à « la ville Hingant »

 

 

Je n’étais que l’ombre de moi même

Sur la plage des « grèves d’en bas »

Dans ce beau pays de Fréhel…

Marchant sur un sable d’or, dos au soleil…

Là où le vent s’entend à merveille,

Avec les marées qui montent et descendent,

Comme pour rythmer le temps qui passe,

Celui qui ne revient pas, qui nous échappe…

Juste quelques souvenirs, comme marque-pages,

De ce grand livre de notre vie qui se meurt,

Comme cette chambre à « la ville–Hingant »…

Revoir cet endroit, l’espace d’un instant,

Quarante-deux ans plus tard : pèlerinage !!!

Et l’hier vécu ici, renait comme un phénix…

Des larmes dans tes yeux, mais tu pleurs…

Voilà à quoi ça tient le bonheur,

Dans le creux du cœur… au fond de l’âme,

Derrière un rocher, où se brisent les lames,

Dans un mouchoir de dentelle, coulent tes larmes…

Le tout écrit dans l’écume de mer,

Entre deux vagues, très vague, qui divaguent…

Quand se chantent la vie et la mort, des marins,

Sur des notes de musique, bleues ciel… peut-être ?

Voguant sur les flots, de cette mer émeraude…

Découpant et déchiquetant, cette cote du même nom,

Dans un vacarme incessant et interminable…

Rien n’a changé, tout est comme jadis,

Nous le revivons à l’identique… l’amour aussi…

Seuls nos hôtes d’autrefois ont vieillis,

Dans leurs corps et leurs chaires meurtris,

Mais aux cœurs toujours si jolis…..

 

 

                                 Joël DELAUNAY LE 21/07/20114 sur le chemin du retour…



23/07/2014
14 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres