SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Si j'étais

 Si j’étais *

Si j’étais l’amour,
J’inventerai des mots,
Qui réchauffent le cœur
En séchant les larmes…
Si j’étais caresse,
À fleur de ta blanche peau,
Je serai la douceur,
De tes nombreux charmes,
Si j’étais le baiser,
Je goûterai plus souvent,
Tes lèvres si sucrées,
Antichambre du désir…
Si j’étais audacieux,
J’aurai poussé ta porte,
Entrouverte, à volonté
Pour te déclarer ma flamme,
Si j’étais courageux,
J’implorerai ton pardon,
Mais j’ai peur, d’être rejeté
Comme un, quiconque prétendant,
Aujourd’hui, si je t’aime,
Plus que jamais,
C’est comme aimer un fantôme,
Qui peu à peu disparaît…
Si tu désires mon silence,
Je cesserai   d’écrire,
Je fermerai ma conscience,
Et de moi, plus mots dire…
Si j’étais un poète
Je t’aurai écrit notre amour,
Si j’avais été peintre, mais artiste,
J’aurai peint l’amour, c’est-à-dire,
Je t’aurai représenté, en tant que tel…
Car pour moi, tu es femme-amour.
Mais je ne suis que moi, et toi qui es-tu ?

QUINCAMPOIX, le 21 novembre 2015 pour le plaisir d’écrire, à toi, à vous, à la femme…. Merci madame, vous êtes…. Mais je ne suis pas.

 

 

 * Si j'étais m'a été suggéré par une amie sur google + , elle avait posté sur sa page un texte de sa composition, très joli d'ailleurs, je l'encourage à poursuivre. Et c'est ce texte qui m'a inspiré...

 

 



22/11/2015
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres