SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Si nous parlions d'amour...

 Si nous parlions d’amour…

 

Diaboliques étreintes d’enfer,

Sans larmes pour éteindre le feu,

Je ne parle pas  vulgaire,

Ou alors juste un petit peu.

De dire,

Je m’engouffre dans ton brasier,

Qui comme un volcan en éruption,

Laisse échapper d’érotiques coulées,

Véritable jus, du fruit de la passion.

De dire,

Etre fou de tes chevauchées fantastiques,

Empalée que tu es, sur mon fer de lance,

Tes seins arrogants, en admiration lubrique,

Dans l’attente de mes jets de semence…

De dire,

Avoir envie de commenter, nos amours,

De manière tendre, mais aussi très crue,

Te murmurer a l’oreille, ce genre de discours…

« Suce moi la bite petite salope des rues… »

De jouir,

En voyant votre tête, quand vous lirez ce poème,

Vous qui tirez votre coup, dans le noir sans un mot,

Avec dans le crane malgré tous, des idées obscènes,

Pour mieux bander, et vous dégorger le poireau…

De rire,

Haha !!! ahahahahahaha !!!!!hihihihihi…

Je me gausse, je me pâme, je ris,

De dire tout haut en termes clairs

Ce que vous pensez tout bas, sans être fier…

De sourire,

Viens mon amour promenons-nous dans les bois,

Enfonçons-nous dans ces couleurs flamboyantes,

Ce doux tapis de mousse, accueillera nos ébats,

Entre Ancolies, et bruyères incandescentes.

De dire,

Que nos baisers activent nos désirs charnels,

Puis d’accepter cette petite mise en bouche,

Le temps pour moi, de donner ma langue au chat…

Diaboliques étreintes de notre paradis sensuel….

 

De jouir, encore et toujours de la vie, de ton amour.

 

 

Quincampoix, le 24 octobre 2015,

je suis désolé pour les âmes sensibles : «  de dire, » avoir pris bien du plaisir de vous l’écrire.

 

Amicalement.

 

Sous bois.JPG

 

 

 

 

 

 



24/10/2015
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 71 autres membres