SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Son autre vie

Son autre vie….

Voir couler cette rivière de sang,
Dans un lit de chagrins d’amour,
L’air en devient oppressant,
Quand enfin, se lève le jour…
Sur cette brillante blancheur hiver,
Contraste, avec ce corps qui se vide,
De cette sève rouge primevère,
Jusqu’à en devenir tristement livide.

Quand il arrivera enfin au paradis,
Dans cet univers, à ses yeux si idyllique,
Il retrouvera à foison, amour et poésie,
À en faire une ode archangélique,
Pour en terminer en ce monde céleste,
Avec l’imbécilité humaine, sur terre,
L’ayant entrainée, en des idées funestes,
De voir cet Eden se transformer en enfer…

N’emportant comme seuls bagages,
Pour se construire son autre vie,
Tout au long de ce futur beau voyage,
Du temps et encore du temps, à l’infini…
Et enfin pouvoir vous dire : « Je vous aime, »
« Corps et âme, je m’offre à vous mesdames, »
Déposant en vous un peu de lui, qu’il sème,
Mettant l’étincelle, à l’amour qui s’enflamme….

Ces instants tant désirés, il les vit enfin,
Faisant danser les roses, en un bouquet,
Préludes nocturnes des valses de Chopin,
Jouées pour vous, en sonates privées…
Usant de caresses, sur votre peau brûlante,
Au rythme des notes s’envolant au ciel,
Vous vous donnez, aimante et consentante…
À en perdre toutes notions sensorielles…

Pourquoi se priver en ce si vaste jardin,
Aux senteurs, et breuvages aphrodisiaques…

Quand chaque sourire n’est point anodin,
Appelant de si plaisants efforts cardiaques…
La passion de l’amour, aveugle la raison,
Et la sagesse nous prive de trop de bonheur,
Alors il s’en donne à cœur joie, sans trahison,
Car il vous aime, vous, et vos si douces faveurs…

Un réveil carillonne, il ouvre les yeux, il fait soleil,
Ce n’est pas un weekend, il faut aller au bureau,
Ça sent bon le café, son amour en dentelle,
Laisse apparaître, des charmes activant sa libido,
Un matin d’automne aux chaudes couleurs,
Leurs yeux se croisent, en un sourire complice,
On entend l’amour chanter en leurs cœurs,
Quelques prologues plus tard, entre ses cuisses………

Son autre vie… Il semble la vivre enfin.

Quincampoix, le 16 octobre 2015

 d'après RODIN....JPG



16/10/2015
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres