SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Sordide.

Sordide, ou quand le rêve devient cauchemar…
(rêve.)

Dans cet hôtel particulier, très particulier,
Est-ce une châtelaine ou une bourgeoise,
Qui abandonnée, ferait de l’amour un allié,
En s’affichant en tenues légères et grivoises…

Coule le champagne sur sa poitrine,
Qu’il savoure avec délice, entre ses cuisses,
Dans cette rivière de bulles cristallines,
Il taquine son bouton de rose stachys,
Érectile à souhait, à l’approche du plaisir,
Tout comme ses mamelons dominants,
Témoins de ses plus frénétiques désirs,
Auprès de ses jeunes et vigoureux amants…
Dans ce grand lit en bois de rose, ciselé d’or,
Garnit de drap en satin brodés d’argent,
Liaison voluptueuse, entre crépuscule et aurore,
Il lui offre l’orgasme réclamé follement…….
Etc…etc…etc…


( cauchemar.)

Ce n’était pas un hôtel particulier,
Mais une camionnette, sur un vague terrain,
Elle n’était pas châtelaine, mais abandonnée,
Et se faisait sauter, sans être une putain…

Ce n’était pas du champagne, mais de la bière…
Il crut qu’elle était aux fruits rouges…
Alors qu’elle avait ses ragnagnas, goût amer…
Elle semblait sortir tout droit d’un « bouge » !!!
Il lui suçait son énorme clitoris purulent,
Qui n’était autre qu’un furoncle bien mur,
Lui explosant sans prévenir entre les dents,
Il pataugeait connement dans la « saumure »,
Ce lit n’était qu’une banquette, toute défoncée,
En guise de drap en satin, une vielle pelisse
Ambiance contre l’amour… Il ne pouvait bander,
Tout ce qu’il pouvait espérer, une chaude pisse…
Etc… etc…etc…

 


Quincampoix, le 17 octobre 2015.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



17/10/2015
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres