SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Tu peux encore y croire.

 tu peux encore y croire...

À la rencontre de la poésie,
Dans cet univers, mon paradis,
Rien que pour nous deux,
Sous un ciel brumeux,
Tes yeux éclairent à l' infini,
Au-delà de nos soucis
Les images d'un autre futur,
À vivre sans point de rupture,
Au firmament de nos caresses,
Rejetant en enfer toute tristesse,
Nous sommes condamnés désormais
De vivre cet amour sans regret,
Les tiens n'existent plus,
Ils meurent en ayant vécus.

Place à notre nouvelle jeunesse,
Oublions nos lointaines tristesses,
S'offrir la mort en allégresse,
Plus de place a trop de sagesse...

Trop de larmes dans ton mouchoir,
Trop de lettres dans ton tiroir
Devront périr en ce nouvel avenir,
Disparaissent alors les soupirs,
Trop de souvenirs en ta mémoire,
Pour conquérir un autre « Baléares »,
Offre-moi ton si joli sourire,
Quand hier, il me faisait frémir,
Sur les draps blancs de tes nuits noires,
Brisons le spectre de ton cafard,
Je ne pourrais encore te mentir,
Encore moins te faire souffrir,
Tu peux encore y croire,
En toi, j'écrirai une belle histoire...

PARIS, le 21 mars 2015 au salon du livre...
« Rien que pour nous deux,
Sous un ciel brumeux, »



30/12/2015
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres