SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Une autre chanson pour t'aimer...

Une autre chanson pour t'aimer.

 

Quand j’ai écris cette chanson, je n’étais pas encore né !

Mais je savais déjà très fort,  j’allais vous aimer !

Mes mots comme des perles autour de votre cou,

Chantaient, dansaient, s’enfilaient à un rythme fou,

Le jour de notre rencontre, dans un autre monde, ailleurs,

Là où les escaliers ne montent pas… ho ! Stupeur…

Ou alors, desservant quelques vieux greniers poussiéreux,

Là où les portes ne s’ouvrent que sur « nulle part », dehors,

Sauf peut-être, sur un désert aride, provenant d’un décor…

Ayant servi au cinéma, quand le soleil se suicide en océan,

Pour revenir un autre matin, mouillé, mais plus fringant,

De là, où les oiseaux du paradis se couvrent de plumes d’or,

Pour s’en aller à la recherche de l’ile au trésor…

Puis en revenir tristes et dépourvus, le plumage clairsemé,

Dans l’horreur d’une émeute, en une nuit tourmentée,

Ce pays où il fait toujours beau, jamais de deuil,

Les amours ne meurent pas, même l’espace d’un clin d’œil…

J’ai alors eu cette chance de vous avoir aimé, tant aimer,

Une autre chanson je voudrai écrire, pour de nouveau vous aimer

                                       

                                               Joël Delaunay 12 mai 2014



05/07/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres