SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Virtuellement vôtre...

Virtuellement vôtre…

 

Il y a des amours, n’ayant jamais vécu,

Imaginés pour le bonheur de nos rêves,

Véritables, faux-semblants invraisemblables…

Mettant en scène des horizons différents,

Dans un décor de la belle aux bois dormants ;

Que l’amour soit alors vainqueur ou bien vaincu,

J’en serai premier rôle en toute hypothèse,

Par-devers moi, écrivant ces textes viables…

 

Combien de fois vous ai-je vu ? Vous la femme !

Si belle, si lointaine, au nom si secret,

À l’amour sans égal, à offrir en partage…

Je vous allouais de folles et troubles liaisons,

À m’en faire jeter l’opprobre, sans rémission ;

Sans doute due, à des situations infâmes,

Loin de la poésie en quatrain ou sonnet,

Du fait de n’être point, des amants bien sages.

 

Sans peine vous m’arrachez ces cris de jouissance,

Quand vos ongles vifs et ma chair, en sang mêlé.

Laissaient derrière nous un lit aux draps avilis,

Qu’importent les exégèses et sarcasmes.

Cornés  à notre égard par les privés d’orgasme…

Quand pour nous sonnent avec concupiscence,

Les trompettes de la renommée, exaltées

À la gloire de l’amour et du sexe réunis

 

 

Pour vous mesdames… Femmes je vous aime !!

 

 

Joël Delaunay,

Le 9 mai 2016, pour un bon début de semaine…

 

 

phoenix.JPG

 

 

 

 

 

 

 



09/05/2016
17 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres