SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

je vous écris Madame...

Le 1 er. Octobre 2017                                                            Madame.

 

Je vous écris une lettre Madame, car le cœur m’en dit, avec des mots que mon cœur mendie de villes en villes, de portes en portes, dont celles du bonheur, de l’amour de la sagesse, puis bien d’autres encore, ces mots, je les ai écrit avec un rayon de soleil dans un petit coin de bleu, vestige d’un été migrateur parti ailleurs, dans ce grand ciel gris de ma bien belle Normandie d’octobre. 
Lisez-moi, oui, lisez-moi avant la prochaine pluie qui viendra noyer de ses sanglots d’automne, mon amour ainsi déclaré.
Autant de mots autant de feuilles qui volent et volent encore, unis par des phrases en phase avec la nature, la saison qui ne chagrine uniquement les âmes oubliées, regardant nostalgique les fanes tomber. L’amour se cache en cette saison, plus discrète qu’au printemps période éclaboussée de lumière en fleurs, bien moins qu’en été également, par trop volubile et sophistiqué… Alors que l’automne offre dans sa douce torpeur mélancolique, le temps de caresser les mots qui viendront égayer vos soirées bucoliques. 
Je vous écris de mon nuage, là où le vent vient tourner les pages tout en séchant l’encre de mes songes chimériques. Je vous écris cette lettre, sans vous la poster, à vous d’en deviner l’existence, mes pensées effleurent les vôtres mes rêves plongent dans vos nuits, comme un poisson volant, étoile des océans, étoile des mers apprenez à m’aimer tout simplement. 
Je vous aime, je vous aime tant, passe, passe le temps, le temps des cerises est bien loin celui des pommes, du cidre et du vin est bien là, à nous rosir les joues, puis cet amour qui de nous se joue, je vous aime d’un cœur fou, fou d’orage quand tombe la pluie, pleur le ciel pour qu’on ne l’oublie, je vous aime par tous les temps, de tout temps, je vous aime tout le temps qui passe, passe le temps celui des amants, celui qui se meurt en cœur saignant… Je vous aime passionnément, je vous le dis sans détour, juste en vous faisant la cour, mes baisers vous le prouveront, ce n'est pas du bouche à bouche, mais ce sont des braises ardentes… Ils ranimeront l’amour qui sommeille en vous… J’ai envie de vous serrer contre mon cœur, vous enlacer, vous parler tout bas, vous couvrir et vous brûler de mes caresses. J’ai envie de vous écrire des mots, les mots du silence dans l’oubli d’un matin, quand la pâle couleur du jour court après le soleil… Je vous aime, Madame…

JoDe.



11/10/2017
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Arts & Design pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 74 autres membres