SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Tant qu'il y en aura...

Tant qu’il y en aura …


J'aime quand les fleurs poussent à l'envers, 
La tige érigée vers le ciel, 
Les pétales lui couvrant les yeux, 
J’aime la femme tête en l'air, 
Et son évocation naturellement sensuelle, 
Un charme séducteur des plus précieux...

Je me balade dans leurs cœurs,
Entre nuits et fontaines,
J’exhale leurs âmes d’odeur,
Parfumée de tendres je t’aime

Ces doux mots si communs,
Pour elles, rien que pour elles,
Fleurs et femmes, mon seul dessein
D’amour et de dentelle

Tintant tel le cristal quand ils parlent…
Je me souviens en avoir posé là, sur le papier

Aussitôt certains se sont mis à danser,
D’autres en chœur ont chanté,
Une véritable farandole symphonique.
Un show chorégraphique stimulant.
Ces mots parfois aux accents graves,
Ou tout à fait singulier au naturel,
Chacun à leur place, prêt pour clamer,
Cet amour libertin prêt à jaillir,
D’un cœur et d’un corps, encore en vie.

 

 



02/04/2018
20 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres