SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Septembre.

Septembre.

 

Septembre, l’été peu à peu se déshabille,
Se dépouillant de ses fantasmes inassouvis,
L’automne, sitôt, s’empare de ces guenilles.
Pour en faire des souvenirs aigris.


Septembre, le soleil redescend sur terre.
Oublié ! Ces corps dénudés à dorer sur demande,
Notre regard le rejette de l’été salutaire.
Le considérant comme un mois sans légende…

En septembre, passes en automne nos sentiments,
Emportés par les précoces pubs de noël,
Comme des feuilles mortes dansant avec le vent,
Au son de l’accordéon, sur un air intemporel.

 

DSC_0005.JPG

 

Peinture à l'huile sur carton toilé format carte postale

 

 



07/09/2018
22 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres