SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Ses dix-huit ans.

Ses dix-huit ans

 

Il vous a donné ses 18 ans
Il se croyait affranchi,
Et n'était qu'un tendre innocent...

Vous lui avez tout permis,
alors il a tout osé,
Parfois il en a rougi...

 

Avant vous Madame ! Il couchait,
Avec vous il  découvre l'amour,
Le temps passait, il grandissait...

A vos côté il envisageait l'avenir
IL vous désirait pour la vie,

Vous aviez les mêmes désirs...

 

Alors il vous demanda en mariage,
Le plus naturellement du monde,
Vous n'avez pas voulu écrire cette page...

Vos deux mains dans ses cheveux,
Avec un sourire de mère à son enfant,
Vos yeux dans le profond de ses yeux...

 

Il a compris sans trop comprendre,

Dans ces mots de longs silences,

Tout de l’amour, et de ses méandres…

 

Vous lui avez fait tout connaître

De l’amour, à son plus grand chagrin,

À s’en jeter par les fenêtres…

 

Il était perdu comme un oiseau,

Sans « vous », dans un grand ciel gris,

Plus jamais dans son cœur il ne fit beau.

 

Vous avez Madame, disparue pour toujours,

Rieuse, gaie, joyeuse très heureuse,

Disant  « je t’aime comme au premier jour… »

 

Emportant dans votre petit ventre rond,

Un de vos désirs gardés bien secret

Qu’il ne savait être, fille ou garçon…

 

Il a pleuré toutes les larmes de son corps,

A en noyer son cœur trahi,

Restant seul sur son île, sans plus de trésor…

 

Votre désir farouche d’être mère,

Seule avec votre enfant,

Est allé jusqu’à détruire le père…

 

Après l’avoir violé cœur et âme,

Le laissant sans plus de nouvelles,

Vous avez repris votre chemin, Madame…

 

Depuis, il vogue sur des océans d’infortune,

Porter par des vents aux papillons noirs,

Et au clair de la lune, chacun sa chacune…

 

En des ports aux amours pas sages,

Plane l’ombre des rancœurs,

Avec quelques rescapées de naufrages…

 

 Il a mal au corps, très mal au cœur,

Peut-on mourir du mal d’amour ?

Cette maladie, au "sang"  douleurs…

 

Alors qu’il fait soleil dans un ciel azur,

Que tanguent les idées noires

Entre rêves et réalité claires obscures…

 

 IMG_9585.JPG

 

 "Femme nue au miroir" Paul Cézanne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



16/11/2018
35 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres