SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Si j'avais su !

Si j’avais su ! Ou (je ne pensais qu’à moi…)


Je pensais un jour,
Pouvoir tout comprendre,
De ma putain de vie.
Sans grands discours,
Juste ne plus attendre,
Le pourquoi de tous ces « si » ?

 

Si j’avais su ! 
J’aurais été peinte ou poète,
En faisant vivre pour toujours,
Les mots parlant d’amour,
Me trottant dans la tête.
J’aurais immortalisé ton corps,

Par un beau sourire de printemps,

Comme celui de tes vingt-ans
Mon dieu ! Que j’en rêve encore…

Je pensais un jour,
Pouvoir tout comprendre,
De ma putain de vie.
Sans grands discours,
Juste ne plus attendre,
Le pourquoi de tous ces « si » ?

Si j’avais su !
J’aurais été le prophète,
Celui d’aucune religion
Celui de toutes les illusions,
Qui devant nous se projettent…
Puis te dire tout simplement
La pureté de notre bonheur,
Unissant nos vies à nos cœurs,
Par la force de nos sentiments.

Je pensais un jour,
Pouvoir tout comprendre,
De ma putain de vie.
Sans grands discours,
Juste ne plus attendre,
Le pourquoi de tous ces « si » ?

Si j’avais su !
J’aurais été roi ! Roi du monde entier,
Pour parcourir la terre,
Cette triste et moribonde sphère
Aux hommes, pour  éternels guerriers…
Avec toi ma reine de toujours
Nous aurions prêché pour une paix,
Une paix éternelle à tout jamais,
Et voir naître un monde d’amour…

Je pensais un jour,
Pouvoir tout comprendre,
De ma putain de vie.
Sans grands discours,
Juste ne plus attendre,

Le pourquoi de tous ces « si » ?

Si j’avais su !
J’aurais été moi, réellement moi !
Afin de vivre ma vie de Bohême,
Sans avoir à traîner ma peine,
Et ne vivre, rien que pour toi.
Ne vouloir ressembler à personne,
Dussè-je, être montré du doigt,
Tant par mon allure qu’à mon karma,
Quand dans ton corps je m’abandonne …


Je pensais un jour,
Pouvoir tout comprendre,
De ma putain de vie.
Sans grands discours,
Juste ne plus attendre,
Le pourquoi de tous ces « si » ?

Avec des si, 
J’aurais pu te rendre heureuse,
Vivre de la joie de nos fous rires, 
Puis mourir, en voyant ton sourire…
Pour une Issue fatale et radieuse.
Tu n’auras connu que le contraire,
Ta vie se suspendant à la mienne,
Avec la peur que je ne revienne
De mes expéditions imaginaires…

 

Ho si j’avais su ! Oui si j’avais su…

J’aurais dû, penser bien plus à toi

Combattre mon égo, parfois incongru,

M’éloignant de mon amour pour toi…

Par mes envies de plaire et de réussir,

J’en oubliai les liens sacré du mariage…

Pour toi, qui sais me faire vivre et sourire,

Je voudrais déchirer toutes ces pages…

 

 



22/08/2019
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres