SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

SANS PRÉTENTION, ni IMPORTANCE

Entre l'aurore et le crépuscule .

 Entre l’aurore et le crépuscule.

Je ne t’ai jamais oublié, tu sais,
Toi ma blanche colombe, enfant !
Nous avons été, puis quand régnât la paix,
Dans mon âme de vingt-ans,
Une seule saison comptait.
Tu étais mes uniques printemps.

Garde moi une petite place,
Dans ton cœur.
Apprends-moi à vivre de nouveau,
Apprends-moi à aimer, dire, je t’aime.
Apprends-moi à pleurer, 
D’avoir des sentiments.

Je t’aime trop, pour te prétendre.
Je te souhaite que du bonheur.
Puis ton cœur n’est plus à prendre.
N’ayant pas su apprécier tes valeurs,
Un peu volage et salamandre,
Seul ! Je me suis perdu, dans mes erreurs.

Garde moi une petite place,
Dans ton cœur.
Apprends-moi à vivre de nouveau,
Apprends-moi à aimer, dire, je t’aime.
Apprends-moi à pleurer, 
D’avoir des sentiments.

Ne dis pas non trop vite, 
Nous ne savons rien de l’avenir.
Et entre nous, l’amour existe !
Cessons enfin, de lui mentir.
Si je peux te paraître par trop altruiste !
C’est par soucis de ne pas te nuire.

Garde moi une petite place,
Dans ton cœur,
Apprends-moi l’amour.
Apprends-moi la sagesse.
Apprends-moi de prendre le temps,
Le temps de vivre ton amour…

Je ne t’ai jamais oublié, tu sais,
C’est la vie qui m'a prise dans ses bras,
Avec elle, j’ai flirté et pêché par excès.
Toi mon aurore que je ne méritais pas,
Puisses-tu devenir, en cette fin d’odyssée ?
Mon somptueux crépuscule de baccarat …

 



25/11/2018
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres